deutsch englisch

Artists Management Zurich

Rütistrasse 52
CH-8044 Zürich-Gockhausen
Phone: +41 44 821 89 57
Fax: +41 44 821 01 27

Johannes Martin Kränzle - Bariton/Bass

Presse

Die Lustige Witwe (Graf Danilo), Grand Théàtre de Genève, Dezember 2010

«Le comte Danilo – une liaison ressurgie du passé – est un salop, et Johannes Martin Kränzle le porte bien. Condescendant, suave, impulsif, fragile: oui, la belle et jeune veuve devra ruser pour mettre ce rustre cœur dans sa poche. ... Du coup, les chanteurs s’en donnent à cœur joie, Johannes Martin Kränzle en tête, acteur et érotomane né.»

Julian Sykes, Le Temps, 16.12.2010

«Danilo (phénoménal Johannes Martin Kränzle, brillant acteur, séducteur et amoureux dépité, voix de velours) et Hanna Glawari (Annette Dasch, aussi belle et seduisante femme que fine et solide chanteuse) se cherchent, se fròlent, se repoussent, s´attirent et succombent somptueusement.»

Sylvie Bonier, Tribune de Geneve, 16.12.2010

«Nur Johannes Martin Kränzle (Danilo) aber überzeugt vollauf. Kränzle zeigt alle Facetten seiner Figur und singt das übrige Ensemble spielend an die Wand. Eine grandiose Leistung.»

Jörn-Florian Fuchs, Deutschlandradio, 16.12.2010

«Und doch gibt es große Lichtblicke. Johannes Martin Kränzle ist ein idealtypischer Graf Danilo: ein Sänger, der bei Wagner genauso zu glänzen vermag wie bei Lehár!»

Joachim Lange, Frankfurter Rundschau, 16.12.2010

«Le Danilo de Johannes Martin Kränzle possède tout ce dont une veuve peut rêver.»

Marie-Aude Roux, Le Monde, 16.12.2010

«Dominant le plateau du geste et de la voix, Johannes Martin Kränzle offre un Prince Danilo d’exception. Quelle aisance, quel naturel, quelle présence, quel charisme dans ce prince sorte de Falstaff exubérant. Alors qu’autour de lui on joue la comédie, le baryton est un véritable être de chair et de sang projeté dans un monde de paraître. Artiste tout entier dans l’intelligence du personnage, il n’est besoin de metteur en scène, de dialogues, de décors, de musique même pour que l’on ne ressente pas son immédiateté d’être. Véritable bête de scène, disant le texte avec une théâtralité formidable, point ne lui est besoin de la beauté du chant tant celui-ci est expressif. On attend avec impatience ses interventions.»

Jacques Schmidt, Resmusica, 31.12.2011